Le SNES dénonce la méthode de désignation des Directeurs Régionaux de l’Education

Dans un communiqué de presse rendu public, le Syndicat National de l’Enseignement Secondaire (SNES) a fustigé les désignations de certains Directeurs Régionaux de l’Education (DREN) qui n’ont pas été définies en toute transparence.

En effet, le SNES indique dans ce communiqué que la procédure suivie par cette nomination rappelle d’anciennes pratiques révolues qui ont marqué les périodes sombres de l’histoire de notre pays. Visiblement, la volonté des nouvelles autorités de l’éducation à travers ce choix douteux, est non pas de trouver une solution concertée aux revendications socioprofessionnelles légitimes des enseignants mais de briser leur mouvement de contestation.

A cet effet, le Syndicat National de l’Enseignement Secondaire (SNES) condamne énergiquement les critères qui ont présidé au dernier mouvement des directeurs régionaux de l’Education ; réaffirme l’urgence de soumettre de manière transparente toute nomination à des critères objectifs ; renouvelle fermement sa revendication d’implication des Syndicats dans toutes les décisions qui touchent la vie scolaire de près ou de loin.

Ci-après l’intégralité de ce communiqué de presse:

Dégringolade des DRENs

Au cours de l’année scolaire 2007-2008, des Directeurs Régionaux de l’Education Nationale (DREN) ont été désignés dans toutes les wilayas du pays. La procédure suivie par cette nomination avait constitué à son temps une nette amélioration par rapport aux méthodes de l’époque: appel à candidature, soumission de plan d’action et entretien avec les candidats.

En janvier 2009, les nouvelles autorités de l’Education avaient destitué certains de ces DRENs qu’ils avaient remplacés par d’autres. Cette fois, le procédé avait tout des pratiques des périodes les plus obscures de l’histoire de notre pays: pas d’appel à candidature pour la sélection des candidats les plus aptes à mener à bien leurs missions, pas d’entretien oral et écrit pour tester la compétence des candidats à définir la politique éducative à suivre.

La semaine passée, le Ministère d’Etat a procédé à un nouveau mouvement de directeur régionaux par note de service n°176/MEENESRS/SG en date du 11 septembre 2011. Un mouvement qui s’inscrit en droite ligne de celui de janvier 2009 : les vieilles pratiques qui se réinstallent. Sans gêne !

La seule différence entre ce mouvement et celui de janvier 2009 est l’apparition, visiblement, d’un nouveau critère qui s’appelle : être disposé à contribuer à briser les mouvements de grève des enseignants.
Le message est bel bien reçu par ces derniers: Enseignants, nous n’avons pas besoin de satisfaire vos doléances, nous avons nos briseurs de grève qui vont s’occuper proprement de vous.

Mais les enseignants, eux, sont déterminés à faire aboutir leurs revendications. Les solutions sécuritaires les plus répressives n’y feront rien.
Au SNES, convaincus de l’importance de la fonction de Directeur Régional de l’Education Nationale, responsable direct de la mise en œuvre de la politique nationale en matière d’éducation, et conscients des conséquences désastreuses de la gestion politisée du personnel de l’éducation, dont nous avons longuement fait l’expérience :

– nous condamnons énergiquement les critères qui ont présidé au dernier mouvement des directeurs régionaux de l’Education,

– nous réaffirmons l’urgence de soumettre de manière transparente toute nomination à des critères objectifs,

– nous renouvelons fermement notre revendication d’implication des Syndicats dans toutes les décisions qui touchent la vie scolaire de près ou de loin.

Le Secrétariat général

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *